"Tu seras nostalgique à même  pas 30 balais. Et tu seras seul. Voila ce que m’a appris le rugby." Raphael Poulain, ex joueur du Stade Français.

Le livre de Raphael Poulain n’est pas une grande œuvre littéraire. Mais c’est un témoignage fort. On le lit avec l’impression  d’être dans un bar, à 5h du mat en tête à tête avec lui et qu’on l’écoute nous raconter sa vie. Parce que c’est ça en fait, il nous raconte sa vie avec ses mots à lui.
Raphael est terriblement attachant, parfois un peu agaçant, un chien fou, un sale gosse. Sa vie est faite de rebondissements, de faute à pas de chance, de coups de bol, de je m’enfoutisme. On sent parfois le désastre arriver, on voudrait le mettre en garde, le prévenir, peut être même le protéger, on a parfois même du mal à comprendre comment son entourage l’ait laissé faire.
Et on comprend que personne n’a su gérer. Gérer la notoriété, gérer le pognon, gérer l’image, gérer le physique, gérer l’humain. 

L’histoire de Raphael Poulain m’a fait penser à certains joueurs que je connais, qui auraient pu être de bons joueurs, qui ont failli être de bons joueurs, qui étaient de bons joueurs mais qui n’ont pas percés. Tout un tas d’hommes un peu aigris qui restent viscéralement attachés à une victoire, celle qu’ils ont gagné à 18-20 ans celle qu’on oublie jamais, qui marque une vie, qui pourrait promettre à une formidable carrière sportive et qui ne laisse qu’un gout amer.

Ce livre ne pose pas juste la question de la reconversion après une carrière sportive c’est aussi l’occasion de se poser des questions sur la gestion de la carrière sportive, le pendant et l’après, histoire de ne plus envoyer des gamins au casse-pipe.

Et accessoirement, c’est un livre drôle, donc je vous le conseille fortement.

photo