photoS’il y a bien un domaine dans lequel les clichés homme-femmes ont la vie dure, c’est bien le sport. Et quand, en plus, il s’agit d’un sport dit de contact ou de combat, là on en voit de toutes les couleurs. Bien évidemment, c’est de rugby dont je vous parle et bien évidement le marketing a bien compris que La Coupe du Monde était un événement sur lequel on pouvait communiquer et on nous ressort de vieux clichés à la pelle.

Qu’on se le dise, le rugby n’est pas un sport de filles !
D’ailleurs le sélectionneur français nous a expliqué il y a peu que quand sa frangine, unique fille dans une fratrie de 8 enfants, s’était mise au rugby, toute la famille avait été catastrophée. Manque de personnalité a-t-il dit... Bah oui, que les 7 frangins fassent TOUS du rugby ce n’est pas un manque de personnalité, parce contre que la demoiselle en fasse, là ce n’était pas original. Elle aurait du faire de la danse pour sortir du lot et s’affirmer… Enfin bref… J’avais décidé de ne pas réagir à ce sujet là, c’était pour moi anecdotique, et d’autres en avaient parlé. 

Ce qui fait que je reviens sur cette anecdote, c’est la pub AXE (vue chez Sportmarketing) qui apparemment est une pub australienne et qui met en scène des rugbywomen. Heuu enfin, non qui met en scène des nanas à moitié à poil qui reprennent des point de jeux.  Esthétiquement, c’est joli, rugbystiquement, c’est risible, humainement parlant c’est affligeant.

Voila l’image de la femme dans le milieu du rugby : nooon mesdames ne faites pas du rugby, c’est violent c’est sale, ce  n’est pas pour vous, sauf si vous êtes une bombe que vous jouez en string en nous regardant d’un air lubrique (enfin, que vous faites semblant de jouer, on ne vous demande de comprendre les règles de ce sport très compliqué). 

J’ai envie de dire: youhou!!! mais oui les filles, soyons belles, délicates et intelligentes (physiquement intelligente, bien sur) comme nous l’explique si bien Franck Mesnel. Continuons à fantasmer sur Sebastien Chabal (accessoirement en faisant la bouffe et le ménage, histoire de ne pas perdre de temps) pendant que les mecs continueront à fantasmer sur les filles en tshirts mouillés. Tout le monde y trouve son compte, non ? 

Et non, tout le monde n’y trouve pas son compte.
Je fais ce qu’il me plait sans avoir besoin de l’approbation d’un homme. Je fais du rugby, je me roule dans la boue, et je mets quelques poires dans la gueule d’une autre nana, si je veux, sans avoir besoin d’être jolie et délicate pour plaire à qui que ce soit.
Ce que je fais je le fais pour moi parce que j’aime ça et si j’aime le rugby et que j’ai envie d’en faire, je ne vois pas de quel droit on me refuserait la pratique de ce sport, pourquoi on m’orienterait plutot vers le touch.

Messieurs si vous n’aimez pas le rugby féminin, très bien, c’est votre choix, mais pitié n’allez pas vous répandre dans la presse, sous prétexte que vous avez été un jour un bon joueur, pour nous expliquer que ce n’est pas féminin. Gardez votre vision de la féminité pour le vestiaire.

ps: j'en profite pour vous signaler cette exposition de photos de rugby feminin à Vincennes
(c'est de là que vient la photo de cet article)