pompomOn le sait tous, pour être fort dans un sport, il faut commencer jeune.
En maternelle, les enfants ont de cours de motricité. Ils apprennent à mieux coordonner leurs gestes, à avoir de l’équilibre, tout ça, bref, ce n’est pas du sport.
A l’école primaire, ça dépend de l’instituteur, mais ce n’est pas non plus vraiment du sport.
Tu commences le sport au collège. Avec un vrai prof. C’est à l’âge de 11 ans que commence pour la plupart d’entre nous, un long, très long calvaire, qui durera jusqu’en terminale. Des années à faire du sport dans des gymnases un peu miteux avec du matériel pas terrible, ce qui développera chez la plupart d’entre nous l’art de la dispense d’EPS, qu’on pourrait appeler aussi inventivité anti-EPS.
Jane témoigne : "quand je me tapais sur une aile du nez, ça me faisait saigner du nez à gros bouillons et je pouvais donc aller à l'infirmerie".
Brenda avoue "Pour l'endurance je me planquais derrière les marronniers dans la cour et je laissais passer les autres que je ne récupérais qu'au dernier tour. Après, j'ai fait croire que j'avais un souffle au coeur et j'ai été dispensée".

Mais c’est pas tout. Nooon, ça serait trop simple, y’a aussi les activités du mercredi. Oui, le mercredi, le jour où tu n’as pas école, c’est ce jour là que tes parents te font prendre pleins de cours de pleins de trucs, pour le fun. C’est là que tu découvres les joies du sport et des vestiaires collectifs qui puent la vieille chaussette sale. A croire que l’odeur est incrustée dans les murs. Toi t’as rien demandé à personne et tes parents te disent "ça te dirait de faire du judo, de la danse, du basket, de la natation, du tennis ?" rayez dans la liste le sport que vous n’avez jamais pratiqué.
La galère du mercredi.
Andréa raconte : "ma mère m'avait inscrite au tennis, j'ai lancé la raquette au lieu de la balle en faisant un service, J'étais tellement nulle que le prof a insisté pour que je ne me réinscrive pas l'année d'après".
Moira rajoutera " J'ai explosé l'arcade sourcilière de mon père en faisant un service, il était derrière moi et m'expliquait le mouvement".
"Mon tout premier match de basket j'ai pris le ballon dans la figure, ça m'a ouvert la lèvre on a failli me faire des points.... " Aujourd’hui encore, Judy déteste le basket.

L’ultime épreuve reste bien sur l’épreuve de sport du bac. Il faut choisir parmi plusieurs épreuves, un choix cornélien, entre la peste et le choléra.
"J’ai choisi gym. Faites une roulade avant sur la poutre m’a dit le prof! Et quand on sait même pas en faire une par terre sur un tapis, on fait comment?" se confie Lexy
Delia en rigole encore : "j'avais pris basket, parce qu’au basket il suffit de courir partout en agitant les mains pour faire croire qu'on est hyper investie dans le jeu". Emmy avoue que lors de la course d'orientation pour le bac elle a réussi à se paumer dans les bois.

Holly dira dans un sanglot : "le sport à l'école a pourri mes années de collège et de lycée"

Seules deux participantes à la conversation, Lauriann et Elfy ont de bons souvenirs de sport malgré les problèmes physiques qui ont découlé de pratiques sportives intensives.

Tout ça pour dire que quand on regarde le sport à la télé, on se dit que c’est pas compliqué, ou que les mecs (ou les nanas) sont nuls, on a la critique facile, et que parfois, on mériterait bien une petite piqure de rappel des cours d’EPS, histoire de bien se remettre en mémoire les moments de profonde solitude qu’on a pu vivre devant des barres asymétriques ou avec un javelot en main.

pompom2

Ps: Je remercie les participantes, dont les noms ont été changé of course ! Elles gardent ainsi toutes leurs dignités. Je fais un petit coucou à Alanis, Aileen et Hannah qui n’ont pas participé mais j’avais juste envie de les citer aussi ;)