33629068Quand vous voyez un match de rugby, que voyez-vous ? Des grands gaillards qui courent, qui se lancent un ballon, qui tapent dans le ballon. Oui, c’est vrai, mais la plupart du temps, on voit des mêlées, des regroupements, des hommes qui plaquent d’autres hommes pour les faire tomber, des chocs. C’est quand même assez rude.

Quand vous regardez du rugby à la télé, il vous manque un élément très particulier : le son.
Pour entendre ce qu’il se passe sur un terrain de rugby, il faut être juste derrière la main courante, tout près du terrain. Il faut aussi que le public soit peu nombreux, dans un stade de 40 000 personnes il est plus difficile d’entendre ce qu’il se passe.
Quand vous êtes là, juste derrière la main courante, à regarder un match de fédérale 3, d’honneur ou de 1ere série, vous entendez tout. Lors des entrées en mêlées, vous entendez les grognements des joueurs (ça on l’entend aussi à la télé), mais vous entendez aussi le choc des épaules qui tapent les unes contre les autres, vous entendez les piétinements de ces 16 gars qui poussent, qui essayent de faire avancer la mêlée dans leur sens. Lors des plaquages vous entendez le choc entre les deux joueurs, le bruit que le joueur plaqué fait en tombant au sol.  Vous entendez les joueurs parler entre eux, plutôt crier entre eux pour se donner les consignes, vous entendez l’arbitre, vous entendez aussi les cris, les hurlements des joueurs qui se font mal, ce qui d’ailleurs est beaucoup moins inquiétant qu’un jour au sol qui ne bouge pas et qui n’émet aucun son.
Et pour finir vous entendez particulièrement bien les cris des spectateurs, peu nombreux, si bien qu’il est tout à fait facile d’identifier le spectateur qui insulte l’équipe adverse ou l’arbitre.

Dernier point, il peut aussi vous arriver de voir là dans le dos de l’arbitre un joueur coller un coup à un autre joueur, des fois vous ne le voyez pas, mais vous l’entendez, les coups de poings ont un son tout à fait reconnaissable. Parfois même, c’est une bagarre, une vraie, devant l’arbitre ou pas.

Un match de rugby, c’est finalement assez violent. Et nous, les femmes de joueurs, on assiste à ce spectacle tous les week end ou presque (enfin pas toute, il y en a justement qui ne supporte pas ce spectacle). Et même, on y emmène nos enfants. Sur le terrain là, devant nous, ce ne sont pas des inconnus, ce sont nos maris, nos potes qui subissent des chocs important, et nos enfants ce sont leurs pères, leurs oncles, leurs parrains qu’ils regardent.

Pourquoi je vous raconte ça ? Parce que ce week end, il faisait beau, mes portions et moi sommes donc allé voir jouer Petitmari, et au bord du terrain, il y a avait tout une tripotée de gamins, j’ai compté, 15 enfants, le plus grand devait avoir 7-8ans. Tous regardaient leurs pères jouer. Tous habitués au rugby, aucun n’a bronché lors du premier plaquage, ils n’ont pas non plus réagi lorsque les esprits se sont échauffés, et ont préféré faire du vélo, de la trottinette, ou simplement jouer au ballon sur le terrain d’a coté.
Parce que ces enfants là sont habitués à voir leurs papas sortir du terrain avec les genoux écorchés plein de sang, ou avec un œil un peu tuméfié, une lèvre un peu gonflé ou un peu saignante, et qu’ils s’en foutent un peu.
Ca m’a rappelé une petite fille qui venait pour la première fois voir jouer son papa. Elle avait autour de 3ans (son papa reprenait le rugby) et voyant son père sur le terrain, elle a eu peur, très peur. Quand il est tombé pour la première fois (plaqué ou plaqueur, je ne sais plus), elle a hurlé de terreur. On lui a expliqué que papa s’amusait, que papa ne s’était pas fait mal, mais je ne suis pas sure qu’on ait réussit à la convaincre.

Alors en ce lundi, ou il y a des chances que la maitresse demande à ma grande portion ce qu’elle a fait ce week end, que celle-ci va lui répondre qu’elle est allée voir son papa jouer au rugby, que la maitresse va lui demander si papa à gagné, et que ma portion va lui répondre oui parce que papa c’est le plus fort, je me demande un peu quelles incidences le rugby peut il avoir sur mes enfants.

Je m’interroge, je m’interroge, mais la semaine prochaine, s’il fait beau, j’y retourne avec les enfants, of course !

ps: la photo est une photo de l'oeil de petitmari, mais elle n'est pas récente