Une fois le match terminé, on est parti fêter la victoire, et on était pas les seuls.
Manger, c’est tricher, mais on s’est quand même fait un petit resto avant d’attaquer les hostilités, petits joueurs qu’on est.
Premier bar, deuxième bar, on rencontre des gens qu’on connait, on boit, on discute, on chante, on danse, la fête quoi.
Vers 5h du mat (ahh ben oué, on a peut être triché en mangeant, mais du coup, on tient bien la route !), direction un dernier lieu de perdition, c’est promis, on boit un verre et on rentre.

Oué…

Presque…

A peine arrivé dans le bar que je me retrouve juste à coté de clément Poitrenaud. Heureusement, je ne suis pas trop imbibée, donc je reste calme et je me dirige au bar (on est venu pour boire un coup, non ?), là c’est Jean Baptiste Elissalde qui est à coté de moi. Je voulais boire quoi moi déjà ?? 5 minutes plus tard c’est la coupe d’Europe, la vraie qui passe à coté de moi. Je ne regarde même pas qui la porte, je tends la main pour la toucher. Plus jamais je ne laverais ma main droite, que je me dis. Je regarde autour de moi, je vois des joueurs du stade toulousain, c’est con mais ça m’impressionne.

Apres un premier verre, on en boit un 2eme forcément. La coupe d’Europe est posée, là sur le bar, à coté de moi. Je m’habitue à sa présence. Tiens William Servat passe à coté de moi, je trinque avec lui. A coté de moi un jeune homme, plus du tout étanche, danse, puis sort son téléphone. Ca capte pas que je lui dis. Attends si ça capte qu’il me répond. Il a raison, son téléphone à lui capte. Pas le mien. D’où l’intérêt d’avoir un iphone moderne tout ça tout ça. T’es ou qu’il dit à son téléphone, et puis d’un coup comme ça le tend vers petitmari, tout aussi étanche que lui, qui hurle un bon « ta chatte » dans le téléphone, ce qui fait bien marrer le propriétaire du téléphone. Je m’inquiète, à qui petitmari vient de parler ? L’inconnu me tend son téléphone, et je réalise que c’est Vincent Clerc à l’autre bout du fil… Chouette.  Un bravo pour la victoire aurait été plus d’actualité, et puis là c’est trop tard pour expliquer à Vincent, que ta chatte c’est affectueux…

On ne s’est pas arrêté à 2 verres, non… On ne sait même plus à quelle heure on a quitté le bar, et on était pas les derniers à partir, on était pas frais non plus.

Une bonne soirée qui déchire en somme :)

IMGP1114

Ps : si j’avais eu les idées un peu plus claires j’aurais pu demander à l’inconnu au téléphone l’adresse mail de Morgan Parra ;)

IMGP1098