Début du match, je stresse déjà

les filles crient devant la télé "allez chouchou Clément, allez David".

La mini-portion réalise qu’un joueur s’appelle Nicolas, comme son doudou, elle ne va donc plus supporter que Nicolas Bezy, on a du bol qu’il soit toulousain.

Le stress me fait perdre mes bonnes manières de supportrice modèle. Je m’entends dire "massacrez les, découpez les, faites leur mal"...

"En avant" crie petitmari, "c’est qui avant?" demande la demi-portion... Humm il va falloir lui réexpliquer le rugby.

Putain, je réalise tout d’un coup que Toulouse est mené au score, meeerde… Et c’est tendu tendu.

J’ai arrêté de respirer…

Et je me ronge les ongles…

Il reste 5 minutes, les toulousains sont dans les 22 de l’USAP, je vais avoir une crise cardiaque.

Coup de sifflet final. Je suis déçue.