ims260_024Je crois qu’en 3 ans de blog, j’ai oublié de vous parler d’un sujet très sensible. Peut être est-ce par pudeur, peut être parce que tout simplement n’y ai-je pas pensé.

Ames sensibles, passez votre chemin, aujourd’hui nous allons parler de pipiroom ! oui, de pipiroom.

Vous l’avez compris, j’aime aller au stade pour voir des matches, mais comme toutes les femmes, ma vessie a une autonomie plutôt limitée. J’arrive au stade vers 15h, j’en pars vers 18h, il n’est pas donc rare que j’aie besoin d’aller aux petits coins. Jusque là, pas de problème, mais ceux ou plutôt celles qui fréquentent les stades comprennent ou je veux en venir.
Les pipirooms des stades, c’est ce qu’il existe de pire en matière de pipiroom. C’est assez troublant d’ailleurs. J’en ai visité un paquet, mais quelque soit le stade (même les grands stades), t’as 90% de chance  de tomber sur un chiotte qui, rayé la mention inutile : ne ferme pas, n’est pas éclairé, a une chasse d’eau cassée, n’a pas de papier, n’a pas vu l’ombre d’une bouteille de javel et d’une balayette depuis le siècle dernier. Les toilettes de stade c’est le calvaire des supportrices.  C’est  d’autant plus un calvaire quand tu es accompagnée de 3 fillettes de moins de quatre ans (oui dimanche dernier j’en avais 3), qui ne maîtrisent pas du tout l’art de faire pipi sans toucher la cuvette.
 

Heureusement, nous les femmes, nous sommes ingénieuses, nous arrivons à contourner les problèmes. Je vous donne mes trucs.
-30 secondes avant le départ pour le stade j’ordonne :
-tout le monde fait pipi avant de partir!!! Des fois ça marche, des fois ça marche pas, mais tout le monde essaye, c’est obligatoire.
-Au stade, si il y a beaucoup d’arbres et beaucoup de pelouses autour du stade, les portions font derrière un buisson, c’est plus hygiénique… Pour les motiver on chante : faire pipi sur le gazon pour embêter les coccinelles… Souvent les portions se plaignent du froid. Tant pis, entre le froid ou la saleté, je choisis le froid ( de toute façon, dans les pipirooms, il fait toujours très froid)
-Si jamais, on est OBLIGE d’utiliser les pipirooms, on y va avec un paquet de lingettes, et tout le monde est sommé de ne toucher à rien, à RIEN !!
-On boit peu.

Vous pensez que j’exagère? Dimanche, j’ai failli prendre une photo des pipirooms que j’ai visité 4 fois (oui, 3 portions et moi, ça faisait forcément 4 passages aux pipirooms), et pis j’ai pas osé, je me suis dit que c’était vraiment trop crade pour être mis en ligne sur mon blog…

C’est dans ces épreuves là, qu’on regrette de ne pas être un garçon.