77375512J’hésitais à en parler parce que ça m’énerve, et encore le mot est faible, mais finalement en parler sur mon blog ca me permet d’évacuer ce truc, de presque l’oublier.

Comme je vous l’ai déjà dit, je fais partie d’un club de rugby depuis cette saison. Pas en tant que joueuse, nan, en tant que Gentille Chiante Organisatrice. Ceux qui me connaissent et qui connaissent le club savent à quel point je suis attachée à ce club.

Et pourtant, cette saison sera l’unique et la seule. Je rends mon tablier. Je garderais précieusement ma licence tamponnée FFR pour prouver à mes enfants que ouiiiiiiii moi aussi en 2008-2009 j’avais une licence de rugby même si je n’ai jamais chaussé une paire de crampons de ma vie.

Pourquoi donc que j’abandonne au bout d’une saison seulement ? La raison principale est qu’il m’a été très difficile de trouver ma place au sein du club : un petit club, des joueurs, des dirigeants-joueurs, la seule personne qui fait partie du club et qui ne fait pas partie de l’équipe, c’est moi, la seule femme du club, c’est moi. Je ne sais pas si le fait que je sois une femme a vraiment été un problème, je ne le pense pas, j’espère que cela n’en a pas été un. Le fait que je ne sois pas un joueur a finalement été un problème car je ne partageais rien avec l’équipe, je m’occupais de la partie administrative, ils s’occupaient du coté sportif, et le lien ne s’est pas créé.
Petit à petit, j’ai eu l’impression, que maintenant que j’avais lancé la machine, je n’étais plus utile, et qu’on me poussait dehors, doucement mais surement. On ne me tenait plus au courant de rien.
Et ça m’a blessé. On était en train de me voler mon bébé, ce bébé que moi-même je leur avais un peu volé au départ, mais ils s’étaient tous bien reposé sur moi, ils m’avaient laissé tout faire et du coup, ce club, je me le suis approprié pleinement. C’est le mien, il est à moi ! Je voulais tout faire, je voulais être au courant de tout, et on m’en renvoyer dans mes 22. Pire, on m’en renvoyé au vestiaire, on m’a fait comprendre que je ne faisais pas partie de l’équipe.

L’année prochaine, je reprendrais donc la place que je n’ai jamais quittée, celle de la supportrice acharnée (ouééé acharnée !!) de Petitmari et de son équipe, avec beaucoup de regrets et de rancœurs.

Tant pis.