Appelle moi et dis moi que tu m'aimes, que tu m'aiiiiiimes....

Voila, a peine seule et je me sens déjà nostalgique, mon amoureux me manque. Seule, c'est un bien grand mot, je suis restée chez mes parents, toute seule avec ma demi portion l'ombre de mon ombre, alors bon, on ne peut pas vraiment dire que je sois dans une profonde solitude. Mon homme est rentré à Paris, tout seul.

Dispute familiale, claquage de porte? Non, rien de tout ça.
Quand nous avons réservé nos billets pour ce week end prolongé, nous ne savions pas encore si Monsieur aurait match dimanche pour pas. Il était bien entendu que l'Homme pouvait louper un dimanche dans sa belle famille mais ne pouvait pas louper un match. D'ailleurs Beau papa et Belle maman, grand supporters de l'Homme ne se sont pas offusqué quand nous avons annoncé que le gendre rugbyman repartirait samedi pour cause de peut être match.  Par contre l'épouse de joueur que je suis et la fille de joueur avaient prévu de rester dimanche (et lundi, pour éviter la cohue du dimanche soir à l'aéroport).
Depuis dimanche dernier, nous savons que malheureusement, demain, mon joueur de mari sera au repos forcé. Mais impossible de changer le billet de petitmari.
-Air France bonjouuuuuuuuuuuur, que puis je faire pour vous?
-Bonjour madame, je voudrais échanger un billet Toulouse Paris de samedi soir pour un billet Toulouse Paris dimanche soir.
-Le week end prochain madame? Ce looooooong week end de l'Ascension ou les 3/4 des français sont en rtt et partent en week end?
-oui oui celui là même.
-Mais bien sur madame, sans problème, je vous mets 100 balles et un Mars pour aller avec!

Forcément, on a jamais pu changer le billet de petitmari. Le pauvre a été obligé de rentrer tout seul, un samedi soir c'est moche...  Obligé d'aller manger avec ses potes, puis sûrement de sortir boire un verre ensuite, puis un autre et encore un autre, et de rentrer demain matin à pas d'heure dans un appart vide, sans épouse pour demander: "aloooooooooooors, à quelle heure tu es rentré? qu'est ce que tu as fait? C'était comment?"

Trop dur la vie de sportif...